À propos de Târgu Jiu

Vers l’année 1406, quand Mircea le Vieux arrivait à Tismana, au Pieux Nicodème, le prieur du Saint Monastère, le régnant signait un document qui attestait pour la première fois l’existence de la localité. Parmi les personnes présentes à la signature se trouvaient tous « les prieurs du  monastère et tous les boyards de mon domaine. De même que comme seigneur Brata soit assigner, car ce département a lui aussi appartenu au Jiu ».

En 1957, pendant le règne de  Michel le Brave, Târgu Jiu est déjà mentionnée comme ville. Ses habitants diversifient leurs occupations et au cours des siècles XVIII-XIX, ici sont édifiés églises et bâtiments majestueux, appartenant aux boyards et aux dignitaires aux fonctions supérieures à l’État: le gouverneur Cornea Brãiloiu, le régisseur Vasile Moangã, ami de Tudor Vladimirescu,  le porte-épée Dumitru Mãlãdrescu, l’écuyer Barbu Gãnescu et d’autres.

La ville et ses habitants écrivent des pages entières de l’histoire de la Roumanie à travers des personnages tels que : les frères Buzeşti, Tudor Vladimirescu- le chef de la Révolution de l’année 1821-, Gheorghe Magheru et Christian Tell – les chefs de la Révolution de l’année 1848-, Ecaterina Teodoroiu-« l’héroïne du Jiu » qui a combattu dans la Première Guerre Mondiale-, le commissaire Ioan C. Popilian, le héro des luttes du 14/27octobre 1916.

En bénéficiant d’un développement économique ascendant, Târgu Jiu attire des hommes politiques et des intellectuels connus , mais offre surtout un cadre adéquat pour le développement des arts. Depuis la capitale de Gorj sont partis vers d’importants positions du pays: Constantin Săvoiu, Grigore Iunian, Titu Frumușanu, Vasile Lascăr, Nicolae Hasnaș.

Târgu Jiu peut être fier de quelques initiatives culturelles: la première revue scolaire du royaume: L’ami de la Jeunesse (publiée au Lycée Tudor Vladimirescu en 1895), la première représentation théâtrale du département, en l’année 1834, la première imprimerie du département, de Nicu D. Miloşescu, également du fondateur de la lithographie artistique roumaine, Witold Rolla Piekarski.

On peut ajouter aussi des autres actions au niveau du département: les premiers cercles culturels et le mouvement coopératif –  Le Nouveau siècle des  lumières, commencés en Gorj et généralisés ensuite dans tout le Royaume, à la fin du XIXème siècle, la première typographie paysanne- Ram, dans la commune Aninoasa. Des nombreuses institutions culturelles et d’apprentissage sont fondées: le Théâtre Milescu, le  Théâtre Roumain de Târgu Jiu, la presse de l’information et de la culture, des typographies, des maisons de l’édition, des écoles secondaires, le Lycée « Tudor Vladimirescu », le Musée de Gorj, L’école de poterie, la Société Philharmonique « La Lyre de Gorj », la bibliothèque publique, les sociétés et les fondations culturelles, le théâtre – cinéma Cãldãruşe. 

Un tel développement des arts a conduit, naturellement, à l’apparition de personnages  célèbres qui ont mis leur empreinte sur la vie culturelle de Târgu Jiu: Iosif Keber dans la peinture, Jullius Doppelreiter dans l’architecture, Aristizza Romanescu dans le théâtre et l’opéra, Elena Theodorini et Elvira Godeanu, qui se sont consacrées sur les grandes scènes du pays et du monde, et plus tard Sergiu Nicolaescu, et dans la musique populaire, Maria Tãnase et Maria Lãtãreţu. 

Dates géographiques

Le Municipe de  Târgu Jiu se trouve à l’intersection de du parallèle 45º latitude nord et du méridien 23º longitude est, à mi-chemin entre l’équateur et le pôle Nord, en pleine zone tempérée. Située à 18 km au sud de la chaîne des Carpates, sur le plateau Getic, dans la dépression de Târgu- Jiu- Câmpul Mare ou la dépression d’Olténie (l’une des plus grandes dépressions subcarpatiques) au nord de la confluence de l’Amaradia Pietroasã avec le Jiu, la ville a une longueur de 13 km du nord au sud au long de la rivière Jiu, d’un côté et de l’autre, et de 10 km de l’ouest à l’est.

Les voisins

 Au nord- les communes Turcineşti et Stãneşti et la ville de Bumbeşti-Jiu (Sadu)

 À l’est- les communes Bãlãneşti et Scoarţa

 Au sud – les communes Dãneşti et Drãguţeşti

 À l’ouest – les communes Bãleşti et Leleşti

Climat

Le climat est continental tempéré, avec 190 jours sans gel, avec des précipitations qui ne sont pas réparties uniformément, le vent dominant du nord au sud sur la vallée de Jiu. La température de l’air varie considérablement en raison des différences d’altitude. Les moyennes annuelles sont de 10,2º C à Târgu Jiu, dans la dépression, d’environ 3ºC dans les montagnes avec une altitude moyenne et de 0ºC sur les hautes montagnes.