Les Mansions de Gorj

La principale caractéristique de l’architecture d’Olténie la représente les mansions – ces habitations fortifiées qui font leur apparition depuis le XVIIème siècle et qui ont permis à la petite noblesse de défendre les domaines. Ces constructions ont un caractère d’unicité donné par la restriction des prétentions de confort dans la faveur de ceux-là concernant la défense, mais aussi à cause du fait que dans la Roumanie on les rencontre seulement en Olténie et en Argeș, et dans le reste de l’Europe des constructions similaires apparaissent seulement en Balcani. Dans le département de Gorj l’historiographie rappelle de 24 telles constructions parmi lesquelles, dans la forme originale, on garde aujourd’hui 8 objectifs comme :

La Mansion de Cornoiu de Curtişoara – monument historique – Code LMI : GJ-II-m-A-09256.01, intégrée au Musée de l’architecture de Curtişoara, connue aussi sous le nom de la Mansion de Cornoiu, elle a été bâtie depuis la première moitié du XVIIIème siècle et a été laissée comme don par Radu Piștescu au chancelier Cornea de Târgu Jiu (1785), avec toute sa fortune. Développée sur trois niveaux, avec une fontaine dans la cave et des créneaux de tir à chaque niveau, elle pouvait abriter la famille des boyards, ses proches amis et pouvait résister au siège prolongé. Au fil du temps elle a souffert quelques interventions qui ne lui ont pas affecté la forme initiale qu’elle l’a regagnée après la restauration des années ’60.


La Mansion de Cioabă-Chintescu – monument historique – Code LMI : GJ-II-m-A-09392 du village de Șiacu, la commune de Slivilești connue sous ce nom à cause de son héritage spécialement sur la ligne féminine. Elle a été commencée en 1818 par le boyard Răducan Cioabă. Après sa mort, sa femme Zoița s’est mariée de nouveau avec Marin Chintescu, celui-ci étant la personne qui a fini la mansion en 1822. À l’étage on monte sur un escalier étroit qui commence par la cave. Le porche s’ouvre au dernier niveau et il laisse avoir une bonne visibilité vers les environnements, dans la période de son fonctionnement elle communique avec une autre mansion, qui aujourd’hui est disparue, il s’agit de celle-là de Borăscu (1770). Tous les côtés ont des remparts utilisés pour le tir avec le pistolet en cas de besoin. Comme système de construction et après l’emplacement dans le terrain, la Mansion de Șiacu appartient au type de réveil, de signalisation et d’alarme. Quoiqu’il soit un monument précieux d’architecture, aujourd’hui il se trouve dans un état de dégradation et on n’a pas encore trouvé les ressources financières nécessaires pour la restauration, la conservation et sa mise en valeur. Aussi comme la Mansion de Groșerea cette-ci a trois niveaux et elle a eu en exclusivité à l’origine le rôle de réveil, de refuge et de la défense.


La Mansion de Crăsnarumonument historique – Code LMI : GJ-II-m-A-09309, du village de Groșerea, la commune d’Aninoasa, bâtie dans la deuxième moitié du XVIIIème siècle, elle a appartenu à Costache Săvoiu appelé Surcel et à sa femme Ecaterina née Frumușanu et a été donnée comme dot à sa fille. Elena est mariée avec Achil Crăsnaru. Le bâtiment a trois niveaux, et au dernier, sur le côté de sud il y a un porche, et sur les côtés de l’est et du nord elle a un balcon. Du point de vue typologique elle appartient au type de mansion ayant le rôle de réveil et de défendre, ultérieurement les nécessitées d’habitation mettant leur marque sur la fonctionnalité de la construction. L’immeuble a souffert plusieurs restaurations au fil du temps à cause d’une attaque turque de 1801 qui a conduit à son incendie, et en 1898 à un fort tremblement de terre. La restauration faite par la Direction des Monuments Historiques en 1966 garde la forme traditionnelle.


La Maison – mansion de Glogovamonument historique – Code LMI : GJ-II-m-A-09306.02, située sur la rive gauche de Motru, elle a été bâtie en plusieurs étapes par Necula Glogoveanu (le XVIIème siècle) qui utilise comme base une cave ancienne, puis par Matei et Ioniță Glogoveanu (le XVIIIème siècle), simultanément avec la réalisation de l’église chapelle ayant la fête patronale de Saint Nicolas. La localité de Glogova a joué un rôle politique important à cause des boyards de la famille Glogoveanu qui possédaient ici l’une de résidence. De cette zone il est lié aussi le nom de Tudor Vladimirescu, administrateur des terrains possédés par les familles de Glogoveanu dans la zone d’Obârșia et de Cloșani au nord de Mehedinți historique. Une légende locale dit qu’un marchand serbe appelé Goloveanu se serait placé dans cette zone et il aurait fondé cette localité, et ses ancêtres auraient pris le nom de Glogoveanu – en devenant les boyards de ces lieux. L’histoire de ce bâtiment commence conformément à la tradition locale, dans le XVIIIème siècle quand Matei Glogoveanu construit une maison avec le rez- de -chaussé et l’église le Saint Nicolas (1730). Son fils, Ioniță, un haut dignitaire, ayant la fonction de caïmacan de Craiova, a finalisé l’église commencée par son père et après l’année de 1764, il a bâti cette maison, en gardant de l’ancienne maison seulement la cave. Plus tard, on ajoute au bâtiment la véranda en se développant vers la route. Dans les dernières années du XIXème siècle, le propriétaire de cette période-là, Gheorghe Vernescu initie une restauration du bâtiment, exécutée en bonnes conditions. Après 1951, la maison a été utilisée comme siège de ménage agricole collectif et comme lieu pour quelques classes de l’école générale de Glogova. L’architecte Iancu Atanasescu a initié un projet de restauration en 1964, et après la fin des ouvrages elle a abrité un musée local, puis après les années 1990 elle a été utilisée comme maison des hôtes.


 La Mansion de Cartiu    – monument historique – Code LMI : GJ-II-m-A-09264, située dans le village de Cartiu, la commune de Turcinești, le département de Gorj, elle a un aspect pittoresque, à cause des escaliers de bois et des vérandas qui l’entourent, la mansion étant située près de la vallée de la rivière Cărtior, pas loin de la vallée de Jiu. Elle a été bâtie par Ceaușu Cartianu à la fin du XVIIIème siècle et a souffert plusieurs interventions, en obtenant la forme d’une maison, le stade dont elle se présente aujourd’hui. Conformément à la tradition orale, la maison a été bâtie à la fin du XVIIIème siècle, étant possédée par la famille Cartianu. En 1817, Pătru Cartianu a fondé dans la localité une église de mur. Pendant la révolution de l’année 1821, Tudor Vladimirescu a recueilli un group des pandours, qu’il les a mis sous la commande du courrier Cartianu. Au milieu du XXème siècle, la maison a été mal entretenue, en souffrant plusieurs dégradations. En 1974, les derniers propriétaires, Tudor N. Cartianu et Maria T. Cartianu, l’ont vendue au Musée Départemental de Gorj. Dans les dernières années qui ont suivi ils ont eu lieu des importants ouvrages de restauration. Aujourd’hui la maison est utilisée comme musée en abritant une collection ethnographique extraordinaire.

 La mansion de I.C. Davani  monument historique – Code LMI : GJ-II-m-B-09317 – située dans le village de Larga, la commune de Samarinești, le département de Gorj, la maison est connue conformément à Iancu Atanasescu, sous le nom Ion de C. Săvoiu. Près de cette-ci il y a une église en bois ayant la fête patronale de Saint Nicolas, aujourd’hui fermée pour le culte, fondée en 1826. Probablement, autour de l’église il a existé un cimetière dont on est gardée une croix sans valeur historique qui mentionne le nom de l’arpenteur Costache Săvoiu et de sa femme Maria. De l’habitant, le monsieur Petre Băjenaru, nous avons appris le fait que le dernier propriétaire a été l’enseigneur I. C. Săvoiu et sa femme Teodora. Le bâtiment est en bois avec deux niveaux et le toit couvert de tuile. Le rez-de-chaussée présente une cave et une petite salle avec un escalier qui fait la liaison avec l’étage qui est composé par deux chambres et le porche. Les poutres en bois de la véranda sont presque identiques avec celles-là du porche de l’église en bois de la proximité, ce qui a fait que Radu Crețeanu date la mansion dans la troisième décennie du XIXème siècle. Au commencement du XXème siècle le porche a été fermé, elles ont été ouvertes deux fenêtres, et le bâtiment a été crépi.


   La Mansion de Gheorghe Tătărescu – monument historique – Code LMI : GJ-II-a-A-09256, située dans l’enceinte du Musée de l’Architecture Populaire de Gorj, dans la commune de Curtișoara, la ville de Bumbești-Jiu, le département de Gorj, quoique située initialement dans le village de Poiana, la commune de Rovinari, la mansion a été haussée autour de l’année de 1790 par Dobre Sârbu. Après l’année de 1820 elle entre dans la possession de Dincă Poenaru (la mansion est connue comme étant aussi la mansion de Poenaru), puis de Dincă Schileru et Paulina Carabatescu. Depuis 1919 le bâtiment a été acheté par Arethia et Gheorghe Tătărescu. Ceux-ci initient en 1914 un ample programme de restauration, parce qu’elle avait souffert des importantes détériorations pendant la Première Guerre Mondiale. Gheorghe Tătărescu a été une importante personnalité politique en Roumanie entre deux-guerres étant premier ministre en deux mandats (1934-1937 et 1939 – 1940). Sa femme, Arethia a présidé „La Ligue nationale des femmes de Gorj”, en participant dans les importantes activités sociales et culturelles. À cause de celle-ci, le département de Gorj est entré en modernité parce qu’il a eu un rôle décisif dans l’érection de l’ensemble monumental „ La Voie des Héros ”, réalisé par le sculpteur de niveau international, Constantin Brâncuși. À partir des années ’90 à cause des extensions des exploitations minières de la zone de Rovinari, Sanda Tătărescu Negropontes, la fille de l’ancien politicien donne son accord de translocation de la mansion dans le cadre du musée de Curtișoara avec l’église en bois ayant la fête patronale du Grand Saint Martyr, la maison de Mogoș mais aussi les débris terrestres des grands-parents paternels (Gheorghe et Dumitrana Tătărescu) et leur parents Gheorghe Tătărescu (le général Nicole Tătărescu). Le processus de translocation de toute le complexe a duré pendant les années 2000-2002, et maintenant, à l’intérieur de la mansion elle est aménagée une exposition mémorielle ayant un caractère permanent. 


 La Maison- mansion dEftimie Nicolasecu – monument historique – Code LMI : GJ-II-m-B-09365, située dans le village de Runcurel, de la commune de Mătăsari, le département de Gorj, elle est une maison avec des éléments fortifiés spécifiques au XIXème siècle qui porte le nom de l’ancien propriétaire, Eftimie Nicolaescu, l’habitant du village Runcurel. Si en 2010 le bâtiment était encore debout, aujourd’hui le toit est écrasé. Le bâtiment est en bois avec deux niveaux et couvert des échandoles. Le rez-de -chaussée présente une cave et une petite salle avec un escalier qui fait la liaison à l’étage qui est formé des deux chambres et un porche avec des piliers. La maison a été crépie dans le XXème siècle.


Source : www.kule.ro et la Direction Départementale pour la Culture de Gorj