Maisons et mansions – monuments historiques de Târgu Jiu

Les maisons et les mansions sont un component important de l’architecture civile réalisée par la maçonnerie qui se déroule progressivement dans l’architecture des foires et des petites villes de Gorj à partir de la fin du XVIIème siècle. On remarque le fait qu’en Gorj, dans les agglomérations urbaines et rurales, il a été gardé un important nombre d’anciennes maisons, valeureuses pour l’époque et le style où elles ont été réalisées. Du point de vue de la catégorie de valeur les 27 sont de la catégorie A, d’une importance nationale et universelle, et les autres étant d’une importance locale et régionale.
L’ensemble Cornea Brăiloiu, du quartier de Vădeni, du municipe de Târgu Jiu, est un des plus anciennes et représentatives constructions pour le département de Gorj. Il a dans sa composition la maison (le palais), l’église avec le patron de l’Assoupissement de la Mère de Dieu, les stables (disparus à la fin de XXème siècle) et le mur de l’enceinte. La maison a été bâtie par un noyau du XVIème siècle par Cornea Brăiloiu, le grand gouverneur de l’Olténie, en utilisant comme base les caves massives des briques et étant aidé par les maitres qui avaient construit le palais de son beau-frère, le prince régnant Constantin Brâncoveanu de Plotogi. L’église chapelle, bénéficiaire d’une peinture d’exception, a été restaurée dans les dernières années, en mettant en évidence une fresque très valeureuse.
La maison de Cornea Brăiloiu est considérée un monument historique, ayant le code LMI 2010- GJ-II-m-B-09185.01.
________________________________________
La maison de Barbu Gănescu, du municipe de Târgu Jiu, la Place de la Victoire numéro 1, est une construction en style nouveau-roumain réalisée par un noyau datant de 1790. Alexandru Ștefulescu rappelle dans son livre Histoire de Târgu Jiu que pendant l’année de 1790 on trouvait ici les maisons de l’écuyer Barbu Gănescu, ne pas se spécifier le fait que Barbu Gănescu est celui-là qui les avait construites et même pas s’il les avait achetées, le bâtiment étant connu dans l’histoire de cette ville sous la titulature de ,,La Maison de Gănescu”. Barbu B. Gănescu a fait partie de l’Assemblée Ad-hoc de Țara Românescă dans l’année de 1857, comme député de la ville de Târgu Jiu. En 1906 la maison appartenait à Ion Bărbulescu, l’un des fameux propriétaires des bâtiments de la ville, élu plusieurs fois pour représenter les habitants de la ville dans le Conseil Local de la commune urbaine de Târgu Jiu.
Le 7 juillet 1925 celle- ci est achetée par Constantin Bălănescu, connu sous le nom de Titi Bălănescu, directeur de la Banque Commerciale de Craiova – l’Agence de Târgu Jiu, conseillé de la ville, et à partir de 1914 il a été plusieurs fois le maire de la ville et sénateur. Ce moment représente une opportunité pour le bâtiment, parce que seulement quelques années plus tard, pendant 1931-1933, Titi Bălănescu va le refaire et va le transformer radicalement sur la base d’un projet ingénieux dû à l’architecte Iulius Doppelreiter. Les décorations intérieures sont l’œuvre du peintre Iosif Keber.
Il faut remarquer aussi le fait que dans la période des années 1937-1938, pendant le temps qu’il a exécuté et coordonné les ouvrages de l’Ensemble sculptural qui porte son nom, Constantin Brâncuși a été hébergé dans ce bâtiment. En 1948 l’immeuble a été acheté de nouveau par le Ministère de la Santé pour se mettre en place la Clinique de puériculture.
En 1950 par le Décret numéro 92 la maison et le terrain ont été nationalisés et passés dans la propriété de l’état, et une grande partie du temps pendant les années de 1950-1989 l’immeuble a été le siège de la Maison des hôtes du PCR, et on ne sait pas quelles ont été les grandes personnalités politiques hébergées ici. Après les évènements de 1898, la nièce de l’ancien propriétaire, Ileana Popescu a revendiqué le bâtiment et elle l’a regagné, et ultérieurement elle l’a vendue de nouveau au Conseil Départemental de Gorj, qui garde sa destination initiale de maison des hôtes.
Source ION DUGULEANU ,,Târgu Jiu. Case. Oameni. Destine”
________________________________________
La Maison de Dimitrie Măldărescu, du municipe de Târgu Jiu, dans la rue de Tudor Vladimirescu numéro 36, a appartenu en 1719 à Gheorghe Măldărescu, qui est reconnu comme étant le fondateur de cette-ci. Pendant ce temps, l’immeuble a eu plusieurs fonctions. Ici il a fonctionné la première école publique de l’histoire moderne de l’enseignement de Gorj (1832) et s’est jouée la première pièce de théâtre en Târgu Jiu (1834), les deux initiatives appartenant au enseignant Constantin Stanciovivi – Brănișteanu. La maison est l’une des plus anciennes et plus intéressantes maisons du point de vue architectonique, ayant un riche passé historique, en rappelant de la diplomatie (des boyards et des chefs du lieu), mais aussi de la cruauté (après la défaite de la Révolution de 1821 les turcs ont faits des tasses avec les têtes des pandours qu’ils les tuées).________________________________________
La Maison de Cartianu, datant depuis la fin du XVIIIème siècle, ayant comme noyau de base la Mansion de Cartiu. Ultérieurement, elle a été transformée par l’addition périmétrique des porches, en conférant à l’immeuble une volumétrie spéciale, en constituant de cette manière un monument de référence dans l’architecture roumaine. Le monument a été restauré et aujourd’hui il fonctionne ici un intéressant musée du costume populaire de la zone de Gorj.
________________________________________
La Maison de Vintilã – monument historique – LMI 2010: GJ – II- m -B- 09172, située sur la Voie des Héros, numéro 5, dont l’histoire commence à partir de juin 1928, quand le dernier des héritiers du prêtre Gheorghe Cornoşanu, à cette date-là – le capitaine Aurel Pociovălișteanu, vend le terrain à l’ingénieur Ion Vintilã, qui en 1928 demande l’aide de l’architecte Iulius Doppelreiter, qui en réalisant les plans pour la construction d’une maison de vie, qui aujourd’hui est considérée comme un vraie trésor architectonique, étant inclue dans le patrimoine d’intérêt local de la ville.
En 1937 on décide,, l’ ouverture” de la rue, qui mette en évidence les œuvres de Brâncuşi, la rue étant puis appelée la Voie des Héros, pour qu’une partie du jardin de Vintilã soit expropriée, celui-ci étant compensé en argents. Il est connu le fait que Vintilă a essayé dévier un peu la rue des Héros pour ne lui pas être affecté le jardin, mais ici il s’est affronté avec le protest vigoureux et la volonté de fer de Brâncuși, qui s’est imposé définitvement. Pour être assurée la sortie de la maison et vers la nouvelle rue des Héros, elles ont été ajoutées à la maison une chambre et une salle d’entrée.
Source ION DUGULEANU ,,Târgu Jiu. Case. Oameni. Destine”
________________________________________
La Maison de Păsărin –Opriș – monument historique –LMI 2010 : GJ – II- m -B- 09174, située sur la Voie des Héros, numéro 49, bâtie en 1930. Au commencement du XXème siècle le propriétaire agricole I. Corlan, de la commune de Bâlteni, achète dans cette zone un terrain, qu’il le donne comme dot au mariage de sa fille Ana Corlan avec l’adjudant Grigore Păsărin, la construction de la maison étant prise à l’entreprise par l’architecte qui avait aussi une équipe des maçons et des charpantiers, l’immeuble étant aujourd’hui un bijou architectonique. La maison a les façades dans la partie de sud et de l’ouest et une entrée dans la partie de l’est, elle a la fondation et la pierre angulaire de rivière, les murs de bricques, et la menuiserie a été confectionnée dans les atéliers de l’usine de meubles qui appartenait à Tadici et Contz. Presque toute la maison est couverte par la lierre, et devant elle il y a un tilleul du même âge que comme lui, les deux éléments étant caracthéristiques au style architectonique de Doppelreiter.
Depuis la construction de la maison et jusqu’au présent celle-ci a été habitée par les membres de la famille de Păsărin et Opriș. Après 1945 ici ils ont été repartis les locataires, et à peu près de la guerre ils ont habité en deux chambres des officiers soviétiques. L’un d’eux, étant ivre, il s’est endormi avec la cigarette allumée et il a incendié la cuisine de la maison. Grigore Păsărin a pu difficilement s’échapper de l’accusation qu’il aurait incendiée la maison, étant d’un grand aide sa relation gardée avec les anciens prisonniers politiques du camp de Târgu Jiu, dont leur sympathie il l’a attirée à cause de son attitude bienfaisante dont il a prouvé dans la période quand il a fait partie du commandement des troupes de protection du camp des prisonniers politiques de Târgu Jiu.
De profession militaire, Grigore Păsărin, commence sa carrière comme enfant de troupe dans le Régiment 18 Dorobanți de Târgu Jiu. Promu en grade de sous-lieutenant, il participe à la campagne de Bulgarie en 1913 et puis aux luttes de l’été et de l’automne de l’année 1916 d’Ardeal et d’Olténie. Pour ses actes d’héroïsme il est décoré ultérieurement avec l’Ordre la Couronne de la Roumanie en grade de chevalier avec le ruban de Virtue Militaire et avec des autres décorations de guerre. Dans son retrait, il est gravement heurté et pris comme prisonnier dans les luttes de Filiași, en passant une année dans un camp de l’Allemagne d’où il s’échappe et il revient dans son pays, après plusieurs péripéties, au cours de l’été de l’année 1918. À son retraite il est passé en réserve avec le grade de commandant. Il est coopté en qualité de comptable pour administrer les fonds accumulés par la Ligue Nationale des femmes de Gorj conduite par Arethia Tătărescu, dans le cadre de la réalisation de ce que va s’intituler l’Ensemble des Œuvres de Brâncuși.
Source ION DUGULEANU ,,Târgu Jiu. Case. Oameni. Destine”

________________________________________
La maison de Pânișoară – monument historique – LMI 2010 : GJ – II- m -B- 09195, situé dans la rue de Victoria, numéro 149, datant de 1904.
________________________________________
La maison de Ion Carabatescu (le siège de la Banque Nationale, la succursale de Gorj) – monument historique – LMI 2010: GJ – II- m -B- 09176, située dans la rue de Geneva, numéro 4, datant du commencement du XXème siècle.
________________________________________
Maison (aujourd’hui le siège de la Banque Carpatica) – monument historique – LMI 2010 : GJ – II- m -B- 09200, située dans la rue de Tudor Vladimirescu, numéro. 29, bâtie en 1893.
________________________________________
La Maison de l’archiprêtre Andrei Schevofilax, du municipe de Târgu-Jiu, rue de 16 Februarie numéro 9, le XVIIIème siècle.
________________________________________
La Maison de Doppelreiter – monument historique – LMI 2010: GJ – II- m -B- 09182, située dans le Boulevard de Republicii, numéro 10, bâtie en 1932.
________________________________________
La Maison de Găvănescu – monument historique – LMI 2010 : GJ – II- m -B- 09198, située dans la rue de Tudor Vladimirescu, numéro 25, bâtie en 1912.
________________________________________
La Maison de Gherghe – monument historique – LMI 2010: GJ – II- m -B- 09178, située dans la rue de Geneva, numéro 9, bâtie en 1930.
________________________________________
La Maison de Chiriță Corbeanu – monument historique – LMI 2010: GJ – II- m -B- 09180, situé dans la rue de Parâng, numéro 1.
________________________________________
La Maison de Moangă – monument historique – LMI 2010 : GJ – II- m -B- 09184, située dans la rue de Siret, numéro 30, datant du commencement de XVIIIème siècle.
________________________________________
La Maison de Catană – monument historique – LMI 2010 : GJ – II- m – B – 09188, située dans la rue de Unirii, numéro 37, datant des années 1930 – 1935.
________________________________________
La Maison de Catană – monument historique – LMI 2010 : GJ – II- m -B- 09193, située dans la rue de Victoriei, numéro 126, datant de 1909.
________________________________________
La Maison de Niculescu – monument historique – LMI 2010 : GJ – II- m -B- 09194, situé dans la rue de Victoriei, numéro 132, datant de 1907.
________________________________________
La Maison de Miloșescu – monument historique – LMI 2010 : GJ – II- m -B- 09199, située dans la rue de Tudor Vladimirescu, numéro 27, bâti en 1910.
________________________________________
La Maison de Dimitrie Măldărescu – monument historique – LMI 2010 : GJ – II – m – B- 09204, située dans la rue de Tudor Vladimirescu, numéro 36, le XVIIIème siècle.
________________________________________
Maison monument historique – LMI 2010: GJ – II- m -B- 09167, située dans le Boulevard. C. Brâncuşi numéro15, bâtie en 1933.
________________________________________
Maison monument historique – LMI 2010: GJ – II- m -B- 09169, située dans la rue de Drăgoieni, numéro 74, datant du commencement du XXème siècle.
________________________________________
Maison monument historique – LMI 2010: GJ – II- m -B- 09170, située dans la rue de Drăgoieni, numéro 172, datant du commencement du XXème siècle.
________________________________________
Maison monument historique – LMI 2010: GJ – II- m -B-, située dans la rue de Drăgoieni, numéro 414, datant du commencement du XXème siècle.
________________________________________
Maison– monument historique – LMI 2010 : GJ – II- m – B – 20124, située sur la Voie des Héros, numéro 20, datant du commencement du XXème siècle.
________________________________________
Maison – monument historique – LMI 2010 : GJ – II- m -B- 09175, située sur la Voie des Héros, numéro 92, bâtie en 1928.
________________________________________
Maison – monument historique – LMI 2010 : GJ – II- m -B- 09183, située dans le Boulevard Republicii, numéro 13, bâtie en 1935.
________________________________________
Maison – monument historique – LMI 2010 : GJ – II- m -B- 09196, située dans la rue de Tudor Vladimirescu, numéro 14, bâtie en 1850.
________________________________________
Maison – monument historique – LMI 2010 : GJ – II- m -B- 20125, située dans la rue de Tudor Vladimirescu, numéro 16, bâtie en 1864.
________________________________________
Maison – monument historique – LMI 2010 : GJ – II- m -B- 09197, située dans la rue de Tudor Vladimirescu, numéro 18, bâtie en 1934.
________________________________________
Maison– monument historique – LMI 2010 : GJ – II- m -B- 20126, située dans la rue de Tudor Vladimirescu, numéro 20, bâtie en 1912.
________________________________________
Maison – monument historique – LMI 2010 : GJ – II- m -B- 09201, située dans la rue de Tudor Vladimirescu, numéro 31, bâtie en 1893.
________________________________________
Maison – monument historique – LMI 2010 : GJ – II- m -B- 09203, située dans la rue de Tudor Vladimirescu, numéro 37, bâtie en 1912.
________________________________________
Maison de boyard de Polata ,, Le champs du Pătru,, code ran 77867.01, pas inscrite en LMI.
________________________________________
Source: LA DIRECTION DÉPARTEMENTALE POUR LA CULTURE DE GORJ